Portraits de femmes

JOURNEE DE LA FEMME D’OUTRE-MER

Nouvelle édition

Samedi 25 mars 2017 à 14h, Paris

 

 

 

JOURNEE DE LA FEMME PILIBO MAG

 

 

En partenariat avec l’APTOM – Association du Personnel de la Poste et d’Orange originaires des départements d’Outre-mer

 

LIEU : L’Ecole Nationale Supérieure des Télécommunications

49 rue Vergniaud, 75013 PARIS

M° : ligne 6, Corvisart ou Glacière – Bus : ligne 62, arrêt Vergniaud

 

 

Les occasions de débattre, d’échanger, de passer un bon moment ensemble deviennent rares, alors soyez à nos côtés le samedi 25 mars 2017. Nous serions très heureuses de retrouver les habitué(e)s de cette édition annuelle et contentes d’accueillir les nouvelles personnes.

 

 

Au programme : Débats sur des sujets d’actualité, portraits et rencontres de femmes, échanges, réseautage, poésie en musique, agenda associatif Outre-mer. Soyons nombreuses ! N’hésitez pas à venir, à plusieurs,  passer un moment  convivial. Début des débats : 14 heures

 

 

Entrée libre sur inscription uniquement. Merci de confirmer  votre présence et celle de vos amis par mail pilibomag@gmail.com. Précisez bien vos noms et prénoms  au plus tard le mercredi 22 mars 2017. Les hommes sont bien entendu les bienvenus ! 

 

 

Places assises en amphithéâtre – le nombre de places est limité  – Pour des questions de sécurité, la liste des  participant(e)s sera communiquée à l’accueil de l’Ecole avant l’événement.

 

 

 

 

 

RESPECT

Certains matins, c’est tout ce que les femmes demandent….

8 mars – Journée internationale de la Femme

RESPECT – Aretha Franklin

pilibo mag

 

Annonce

TIVOLI SALON DE COIFFURE

 

 

 

 

pilibo mag

 

 

BEAUTIFULELLES

BEAUTIFULELLES

 

YOU ARE SO BEAUTIFUL !

2 Mom’preneuses dynamiques

 

Beautiful Elles, ce sont 2 Mom’preneuses, qui a un tournant de leur vie décident de se lancer dans la grande aventure de l’entreprenariat après avoir soulevé quelques problématiques liées aux soins et l’entretien des cheveux de leurs enfants. Passionnées de cosmétiques et adeptes de tous les concepts nouvelle génération, l’idée leur est venue de lancer une box rien que pour tous les enfants !
C’est une box mensuelle qui contient des produits de marques dédiés aux enfants, des accessoires et un guide beauté pour aider les parents à prendre soin des cheveux et du corps de votre enfant.

Plutôt que de batailler en solo avec les nœuds et mèches rebelles, déprimer avant de commencer la session soin du dimanche ou encore lasser de faire la même coiffure pour aller à l’école, elles se proposent d’aider les parents avec la Box beauté et de faire plaisir, aux enfants !

pilibo mag

 

LADY LAISTEE

 En couverture de PILIBO mag n°53

DANS LA LUMIERE ED LES ARENES

Extrait de l’article de PILIBO mag n°53 – rédactrice manzelKa –

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                « 16h45, dans le salon de la maison d’édition Les Arènes, dans un joli quartier de Paris, j’ai rendez-vous à 17h avec une mygale d’une espèce rare, de la famille des mâle-fanm : Lady Laistee vient de publier une autobiographie : Dans la lumière (…) Elle se plaint de cette chaleur qui l’oblige à sortir ses mollets. Elle dit en riant : « Je n’aime pas mes mollets ! Trop fins ». Je mate le mollet et je voudrais le même. L’attachée de presse aussi, visiblement. Des mollets djok et qui ne rigolent pas. Les jambes d’une femme qui a l’habitude du combat, l’habitude de courir vite-vite, même en talons, pour éviter que le malheur n’arrive à sa hauteur. Mais voilà quand le malheur renifle une proie, il s’acharne…»

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                          

LA RENCONTRE…Bonjour comment ca va ? La famille ? Les enfants ? Les esprits qui vous accompagnent ?

 

Ils vont bien… je crois. Elle sourit.

 

Comment voulez-vous que je vous appelle ? Lady Laistee, La Mygale, Aline, Manzé Ros-la, Mademoiselle Têtue comme vous appelait votre grand-mère ?

 

Aline. Parce que ca regroupe toutes ces personnes-là. C’est le prénom que m’a donné mon parrain. C’est donc le prénom que Dieu m’a donné. Lady Laistee, ce n’est qu’une partie de ma personnalité.

 

C’est donc sous son vrai nom qu’Aline Ferrand vient de sortir Dans la lumière, une autobiographie où elle met toutes ses affaires dehors. Sans censure, sans tabou, Aline ouvre son cœur de mygale dans ce bouleversant récit écrit à un moment de plat dans sa carrière. «  A cette période-là, mon mari avait décidé de notre séparation. Je me suis dit que c’était l’occasion de raconter mon vécu. Je suis quelqu’un qui aime dire la vérité. Je ne peux pas cacher les choses ; les points essentiels, il était logique et normal que j’en parle parce que c’était des choses qui me pesaient. Petit à petit, l’écriture est devenue une thérapie personnelle. »

 

Ecrire la douleur. Les souffrances sont des encres qui tachent la feuille blanche et se répandent en mots. Tremper sa pointe-bic dans les vieux bobos, ca fait mal. Première douleur : s’en souvenir. Deuxième douleur : l’écrire. Comment écrire le viol répété par son père toute l’année de ses 16 ans ? Dans son livre, Aline reste pudique –parce que je suis quelqu’un de pudique– mais n’élude rien. On est loin d’une Angot qui, en disséquant l’acte du viol (subi aussi de son père), rend le lecteur voyeur, mal-à-l’aise et presque complice. Aline garde pour elle les détails insupportables. Entre les maux tus, impossible de ne pas entendre les larmes, la colère d’une ado abusée. Impossible de ne pas ressentir et faire sienne cette agression.

 

Aline avoue avoir voulu arrêter d’écrire plusieurs fois quand ce bobo se remettait à trop saigner. « Mais ce n’est pas dans mon caractère de commencer quelque chose et de laisser tomber. La persévérance fait partie de ma personnalité. Même si c’est difficile, même quand j’ai un genou à terre, je me relève à chaque fois et je persévère. Et puis, l’inceste, ca existe partout, dans tous les milieux et surtout dans les îles. Je ne sais pas si c’est dû à la proximité. Il y a plein de personnes qui me parlent de ça aux Antilles, en Guyane, à la Réunion. Dans la rue, les gens me disent « Ton histoire, c’est mon histoire ».

 

L’histoire d’Aline Ferrand se confond avec le drame de l’immigration antillaise dans les années 60. Comme beaucoup alors, ses parents ont pris le bateau, des rêves pleins la tête, laissant leurs enfants, quand il y en avait, aux grands-parents, le temps d’installer le nid. La plupart s’en allaient bumidomer, d’autres suivaient le convoi, certains partaient pour l’armée. C’est le temps de la grande saignée des Antilles, dixit Aimé Césaire. Aline et ses deux frères sont restés en Guadeloupe tandis que les parents installaient les barreaux de ce qui allait devenir leur prison. Quand la fratrie débarque, Aline a 5 ans et le malheur vient de renifler sa trace. Il fait froid, il fait moche, il fait triste dans le pavillon de banlieue où parler créole est interdit.  Faut s’intégrer. Avec des maitresses tasspé à gauche, une belle voiture, des enceintes nickel chrome et un look afro impec, le papa est une caricature d’Antillais et qui ne fait même pas rire : il frappe la mère et bientôt s’en prend aux enfants. La mère devient silence, peur et soumission. Pour Aline, la Guadeloupe devient un paradis intime et le hip-hop une terre promise.

 

– Je fais partie de la Guadeloupe, de ce mouvement, de l’esclavage. Même si je vis en France aujourd’hui, je me considère comme 100% guadeloupéenne. Je suis née aux Antilles. An pa sa palé kréyol, mais quand je parle un peu, on me comprend et je comprends très bien le créole ! Je ne suis pas une moun-France, comme on nous appelait enfant. Je me considère comme Guadeloupéenne pure souche. Mon île a toujours compté pour moi.

 

-Ça ne transparait pas dans le livre.

 

– J’en avais parlé plus dans le manuscrit. Mais l’histoire était trop longue. On  a dû réduire. De toute façon, je voulais m’adresser à tout le monde. Je ne voulais pas faire trop communautaire, sectaire… Je ne trouve pas le bon mot.

 

– Et la nation Hip-hop ?

 

– C’est elle qui m’a sauvée ! J’aurais pu être une personne complètement différente si je n’avais pas rencontré le hip-hop. J’ai d’abord  fait partie d’un groupe de danse hip-hop et puis j’ai bifurqué après avoir vu un garçon sur scène. Ce n’était pas le fait qu’il soit au dessus des autres qui m’attirait, c’était qu’il ait un micro dans la main et qu’il pouvait délier sa parole. Même si les gens ne voulaient pas écouter : ils écoutaient parce qu’ils étaient là, dans la salle !

pilibo mag

JULIETTE FIEVET

Animatrice de choc

 

 

Sa voix, on peut l’entendre sur Tropiques FM ou sur RFI, et sa jolie frimousse on pouvait, il y a encore peu, l’admirer sur France O dans l’émission O Rendez-vous. Et elle en a des choses intéressantes à dire Juliette Fievet, surtout lorsqu’elle parle de cultures urbaines, son thème de prédilection. Juliette, c’est une démarche volontaire et un sourire à toutes épreuves. A 32 ans, cette métisse éthiopienne est une jeune femme bien faîte et à la tête bien pleine. Une jeune femme multicartes, qui n’a pas froid aux yeux, c’est le moins qu’on puisse dire. Directrice artistique, animatrice, chroniqueuse, dans les domaines de la production et de l’audiovisuel, il est peu de métiers qu’elle n’a exercé. Pour Juliette, l’aventure commence à Lille en 1998. A 20 ans à peine, et avec un BTS Force de Vente en poche, la jolie demoiselle commence à s’occuper d’artistes dont elle met en place la promotion et la communication. Parmi ses clients, des pointures dont la liste est très longue : Magic System, Adventura, Sean Paul, Kassav’, Youssoufa, Papa, Wemba, Africando, Koffi Olomide, Fatals Picards, Mafia K’1 Fry, 113, Disiz Lapeste, Ky mani, Marley, Morgan Heritage, Rhoff, Jocelyne Labylle. On en passe et des meilleurs. Une précoce, cette Juliette. Dans ses cordes : signature d’artistes, rédaction de contrats, gestion de catalogues, développement, promotion et marketing, entre autres. Juliette prouve très rapidement ses compétences. A tel point que l’Aéronef, salle de spectacles lilloise reconnue, lui accorde sa confiance. Mais pas question de s’arrêter en si bon chemin car on n’est jamais mieux servi que par soi-même. Donc, logique, pour cette travailleuse acharnée de monter sa propre « boîte ». Et cette passionnée de musique, y propose ce qu’elle sait faire de mieux : de l’édition et du management d’artistes. Ce qui frappe chez cette spécialiste des musiques urbaines, c’est son enthousiasme et sa force vive. On la croirait prête à déplacer des montagnes. Et modeste, et généreuse avec ça ! En guise de vacances, avant même de penser à se poser, la jeune femme au cœur sur la main, envisage de partir au Tchad pour une mission humanitaire. Objectif : aider à construire un puits. Car la construction, cela ne fait pas peur à Juliette, c’est même une bâtisseuse et tout ce qu’elle touche se transforme en or ! C.Ode
A savoir : Juliette était l’une des participantes le 8 mars dernier de notre rencontre de femmes JOURNEE DE LA FEMME PILIBO mag et était aussi Juliette « Monae » dans le hors-série PILIBO mag « beauté voyage ».

 

pilibo mag

 

 

 

CATHY GUETTA INTERVIEW PILIBO

 

CATHY GUETTA  – “bain de nuit”

Interview de la reine de la nuit

 

 

 Il faut impérativement « faire copine » avec Cathy Guetta ! Tel fut le mot d’ordre lancé par mes jeunes nièces tant cette reine de la nuit connaît de monde dans le milieu du spectacle. Mais elle, qui la connaît vraiment ? Dans son livre autobiographique Bains de nuit (Fayard), elle se livre avec franchise. Elle a accordé une interview à Pilibo Mag.

 

EXTRAIT

 

Pilibo Mag : Le thème de ce dossier est la confiance en soi. Quel est votre point de vue sur la question ?


Cathy Guetta :
Pour ma part, la confiance est un cadeau que mes parents m’ont fait. Je pense qu’elle peut se transmettre. Lorsque mon petit garçon fait un dessin, même si à mes yeux c’est un petit gribouillis, je l’encourage et le motive. Les encouragements donnent confiance. Quelqu’un qui va sans cesse vous rabaisser va vous faire perdre cette confiance en vous. L’éducation des parents et, à l’école, le travail des enseignants est important. Chez l’adolescent, c’est pareil. Il faut l’écouter, l’encourager et ne pas le brider. Cette confiance s’accompagne. Une passion pour une activité quelconque peut lui donner confiance et lui permettre d’aller au bout de lui-même.

 

Pilibo Mag : Qu’est-ce qui vous a permis de réussir ?


Cathy Guetta :
Je ne me suis jamais dit ? « Si je n’ai pas cette place, c’est parce que je suis noire ou métisse. » Ma couleur de peau n’était pas mon excuse. Elle ne m’amoindrissait pas, bien au contraire. Je n’étais pas complexée, je n’arrivais pas avec des a priori, en boîte de nuit. Lorsque je voulais aller au Bains, j’arrivais avec un grand sourire, bien habillée, avec ma joie de vivre, et je rentrais. Mon frère aussi rentrait ! A mes soirées, il y a un code. Qu’importe l’origine. Si tu es “looké”, tu es glamour, tu es poli, tu es souriant, tu vas rentrer ! Pour moi seuls comptent la volonté, l’acharnement et le travail. Je ne suis pas militante. Aujourd’hui, en France, il y a des couples mixtes partout, ce n’est plus du tout un problème, à l’époque de mes parents, c’était plus compliqué. Il faudrait que les jeunes voyagent pour voir comment cela peut être dans d’autres pays.

 

Pilibo Mag : Il y a la confiance en soi et aussi la confiance dans le couple…

 

Cathy Guetta : Lorsque David et moi, nous nous sommes rencontrés, nous étions en boîte de nuit. C’est mon univers, mon travail et ma vie. Lorsqu’il me rencontre ce monde lui plaît aussi. Je suis un révélateur, David était une personne introvertie, plutôt timide et réservé, et moi complètement à l’opposé. Notre point commun, la boîte de nuit et la musique. A cette époque, on part pour Paris et il ne s’est pas encore s’il va s’engager dans une relation sérieuse avec moi, Il n’a que 21 ans. L’amour est plus fort que tout, on reste ensemble. Comme tous les couples, nous avons eu des crises. Nous parlons énormément. Cela fait presque vingt ans que nous sommes ensemble, dont seize ans de mariage.

 

Pilibo Mag : Qu’est-ce qui fait la force de votre couple ?

 

Cathy Guetta : Notre force est que nous avions un projet commun, celui de s’élever ensemble et de se construire ensemble. Durant toutes les périodes où nous avions nos boîtes de nuits et nos restaurants, nous avons travaillé sans relâche ensemble. Nous aimions cela. Cela aide beaucoup pour un couple d’avoir une même vision des choses. Au bout de cinq ans, j’aurais pu lui dire : « Stop, j’en ai marre, je veux un enfant ! » Lorsque nous avons fait notre premier enfant, nous l’avons fait au bon moment. Si nous avions eu Elvis (leur fils) trop tôt, je pense que notre couple n’aurait pas eu le même succès. Nous étions un couple en osmose.

 

Pilibo Mag : Comment avez-vous fait pour que votre couple dure ?


Cathy Guetta :
Un certain nombre de femmes ont des enfants très tôt avec un homme que finalement elles ne connaissent pas très bien, parce que c’est « bien » pour la famille, « bien » pour la société et « bien » pour les beaux parents. Moi j’ai attendu 15 ans ! Tu connais bien ton homme, tu sais que lorsque l’enfant sera là, il sera attentionné envers toi et sa famille, tu sais également que tu auras les moyens financiers d’avoir une nounou pour t’aider, que tu pourras continuer à vivre, à sortir, à aller au ciné ou partir un week-end si tu le souhaites. Avec la venue d’un enfant, certaines femmes s’arrêtent de travailler, il y a donc moins d’argent à la maison et elles se retrouvent exclues de leur vie sociale. Elles ont peu de choses à raconter à leur mari : « le petit a fait ses dents, le petit a eu une gastro… » Ce n’est pas très sexy pour l’homme ! (Cathy se rapproche alors de la table pour affirmer son propos avec vigueur) Il ne faut pas oublier que les hommes souhaitent des femmes sexy ! Lorsque mon mari m’a rencontrée il avait une photo de moi, une image de moi. Pourquoi n’est-il pas tombé amoureux d’une autre femme que moi ? Il venait tous les soirs dans cette boîte de nuit. Pourquoi ? Il y a une raison, et cette raison là, il faut essayer de la garder continuellement présente à l’esprit. J’étais une fille énergique, qui aimait la musique, la fête, j’étais drôle, extravertie, j’avais un look. Et cette image là, il faut la garder et c’est du travail ! Beaucoup de travail ! (…)

Pilibo Mag : Quel message aviez-vous envie de faire passer avec votre livre ?


Cathy Guetta :
Avec ce livre, je voulais dire aux jeunes et aux gens qu’il n’ y a pas qu’un chemin de réussite dans la vie. Je voulais monter que ce chemin de la nuit, qui est si souvent terni, peut aussi révéler des gens et leur donner une position sociale. Je trouve que les jeunes manquent un peu de courage aujourd’hui. C’est difficile pour eux. Il leur faut des modèles, dans le sport, dans la politique, dans le journalisme et pourquoi pas dans la nuit.

Cathy Guetta – Bains de minuit , en collaboration avec Clara Dupont-Monod, Ed. Fayard, 245 p., 2008.

 

pilibo mag

PILIBOMAG_N-¦542

 

pilibo mag

NATACHA BOUNET

Reine du Kung Fu Sanda !

 

 

 

NATACHA BOUNET W NICOTcopyright photo/ Wanda Nicot

Natacha Bounet, 34 ans, vit entre Paris et la région de Basse–terre en Guadeloupe. Déterminée et passionnée pour les arts martiaux, en 2005, cette jeune maman, crée l’association Nei Wei Jiah Kung-Fu, afin de transmettre sa passion. Aujourd’hui, Natacha occupe le poste de responsable de la gestion, de la communication et de l’animation des activités physiques et sportives du club. Elle est fière d’être ceinture noire 3ème Duan et responsable de la détection de nouveaux talents en Guadeloupe. Rencontre avec la championne de France de Kung –Fu Sanda.

Wanda Nicot : Le Kung-Fu Sanda, est avant tout un sport masculin, qu’est-ce qui vous passionne principalement dans cette technique chinoise ?

Le bien-être physique et mental que me procure cet art martial et ses valeurs tels que l’humilité, la persévérance, la patience, le respect de soi et des autres, la volonté, la confiance en soi et le courage. J’ai beaucoup appris et ai encore beaucoup à apprendre. Mes débuts dans le Kung- Fu ont commencé par la technique, puis tout n a t u r e l l e m e n t j’ai été lancée en  combat sanshou (pieds-poings sans donner des coups de poing à la tête) et j’ai été longtemps la seule fille du club vo i r e m ê m e d e Guadeloupe. Depuis 2004, je pratique le combat sanda au niveau national et international.

Présentez-nous votre association Nei Wei JIah Kung-Fu ?

Nei Wei Jiah : Nei Jiah développe le style interne, et Wei Jiah le style externe, les deux sont complémentaires. Mon association a été créée en 2005 dans le but de développer les arts martiaux chinois sous toutes ses formes. Des cours sont donnés aux adultes, ados, enfants et il existe aussi le Baby Kung-fu. J’enseigne avec mes collègues sur la région basse-terrienne et saint-claudienne. Nous avons beaucoup de jeunes champions et championnes au sein du club.

Un art qui demande de la concentration et de la maîtrise face à son adversaire, de quelle manière travaillez-vous toutes ces énergies ?

En Guadeloupe, bien heureusement, je suis entourée d’éléments naturels  favorables à ma préparation :l’énergie du soleil, de la mer, de la rivière, l’air, la nature permettent de me ressourcer et contribuent à ma préparation . » Avec un travail  régulier et assidu, on apprend à maîtriser son potentiel énergétique.

Comment se déroule la préparation d’une compétition ?

Je m’entraîne 2 à 3 heures par jour, avec des journées de repos : footing pour l’endurance, travail cardio, musculation…Beaucoup de travail technique, je m’entraîne avec des personnes de disciplines différentes, Mai Thaï, Boxe française, Taekwondo afin de diversifier mon style. J’ai une bonne hygiène de vie et fais attention à mon alimentation.

Comment l’enseignement des arts martiaux est-il perçu en Guadeloupe ?

Il existe cinq clubs de Kung-Fu en Guadeloupe, nous faisons tout pour promouvoir cette discipline et faire connaître ses différents aspects : cours, démonstrations et stages. Chaque année, le nombre de licenciés augmente. A nous, instructeurs de nous unir toujours plus pour faire évoluer notre discipline.

Quels souvenirs et expériences avez-vous de votre premier championnat du monde de Kung-Fu qui s’est déroulé en 2011 à Ankara, en Turquie ?

Lors de mon premier championnat du Monde, j’ai fait une très bonne entrée face à une Barbadienne, puis j’ai perdu en quart de finale face à l’actuelle championne du monde, une Chinoise. J’avais beaucoup de mal à développer mon style, j’ai été très déçue de ne pas être au moins sur le podium, mais j’en garde de très bons souvenirs.

Quelles sont les valeurs Kung-Fu Sanda que vous souhaitez partager avec les lecteurs (trices) de PILIBO mag ?

La patience, la persévérance, le courage car il faut savoir accepter les défis et prendre des décisions fermes et précises, le faire play car il permet d’avoir une conduite honnête en toutes circonstances, il faut savoir se remettre en question après une défaite. La confiance en soi est très importante, c’est la meilleure façon de mériter le respect.

Quels sont vos projets ?

Mon objectif est de continuer à travailler pour les jeunes en Guadeloupe, car la relève est maintenant assurée !

Wanda NICOT

 

pilibo mag

 

En couverture de PILIBO mag n°50

CHRISTINE KELLY

 

 

CHRISTINE KELLY Couv pilibomag N°50

 

 

 

 

 

 

C’est dans son bureau, situé dans les hauteurs de la tour Mirabeau du 15ème arrondissement de Paris, que la pétillante Christine Kelly, membre du Conseil supérieur de l’audiovisuel (C.S.A.) depuis 2009, nous reçoit. L’effervescence de la rentrée et la chaleur écrasante de la fin d’été ne semblent pas pouvoir entamer la bonne humeur de l’ancienne présentatrice de LCI. S’il lui faudra attendre le 24 janvier 2015, fin de son mandat, avant de revenir « sur le marché » comme elle le dit elle-même, la fringante Guadeloupéenne ne manque pas d’ambition. Déjà à la tête de la première fondation française venant en aide aux familles monoparentales, K d’urgences, elle prévoit la création du premier musée européen des médias. La signature d’une carrière riche ? Loin de là, ce musée ne constituerait qu’une étape de plus dans son parcours. Extrait

 

PILIBO Mag : Vous avez annoncé votre volonté de créer un musée des médias. Qu’y trouverait-on ?

Christine Kelly : La raison pour laquelle j’ai lancé l’idée est parce qu’après vingt-cinq ans d’audiovisuel, où j’ai travaillé dans tous les secteurs en tant qu’animatrice, productrice, présentatrice, journaliste, dans le privé et dans le public, je me suis dit « Qu’est ce qui manque dans l’audiovisuel ? ». La chose qui manque, c’est un musée ! Un musée européen parce qu’un musée des médias n’existe pas du tout en Europe. Donc, ça serait un musée, non pas vieux jeu, mais un musée très moderne, très interactif, très « nouvelles technologies », tourné vers le futur et ancré dans le présent. Un musée qui serait la matérialisation de l’exception culturelle et où l’on pourrait expliquer à quel point la télévision joue un rôle important dans la culture française. On pourra aussi, à travers ce musée, avoir des moments très forts. Je pense à des expositions permanentes mais aussi tournantes où l’on pourra montrer mai 68 à travers les médias, l’abolition de la peine de mort ou la révolution des radios libres qu’il y a eu en 1981. On sait que ça a eu lieu mais on oublie que Monsieur Baudecroux de NRJ a commencé avec son antenne dans sa salle de bain. Ce sont de belles histoires à raconter qui font le patrimoine de l’audiovisuel français. Ça sera aussi un endroit ancré dans l’actualité. On pourrait voir des écrans partout avec des chaînes d’infos en continu. Ce musée partirait donc du passé, serait ancré dans le présent et tourné vers l’avenir.

Avez-vous le sentiment d’une méconnaissance de l’univers des médias ?

Il y a une vraie méconnaissance de l’univers des médias ! Le grand public ne sait pas par exemple que France Info a la redevance. Il ne sait pas que TF1, BFM TV, M6 ou encore I télé n’ont pas la redevance. Ce sont des chaînes qui doivent se battre pour pouvoir financer leurs programmes, financer les salaires des animateurs et des journalistes. Le grand public a le droit d’en être informé. Donc,  je pense qu’il y a une vraie méconnaissance et créer un musée des médias permettrait de combler ce vide et ce manque d’informations.

Les médias dits « ethniques » y trouveraient-ils leur place ?

Je ne suis pas pour séparer les médias « ethniques » des médias non ethniques. Je veux parler à tous. Je pense que tout le monde doit trouver sa place. Pas plus un média breton, qu’un média parisien ou qu’un média ultramarin. La France est multiculturelle, elle est multiethnique et chaque partie doit effectivement trouver sa place sans pour autant privilégier quelqu’un de l’Ardèche, de la Bretagne ou de la Corse.

On entend souvent que le journalisme n’offre plus de débouchés. Pensez-vous que les choses étaient plus faciles lorsque vous avez commencé votre carrière ?

Je ne suis pas du genre à me dire qu’avant c’était mieux. Quelque soit le moment, quelque soit l’endroit, il y a toujours des challenges à relever. Même si le secteur est le plus bouché du monde, pour moi, il  y a toujours de la place pour les bons. Si tu veux le faire, tu peux le faire. Au moment même où l’on dit que les choses sont bouchées et difficiles, je pense qu’il y a un trou à faire.

Si vous ne deviez donner qu’un conseil aux jeunes d’aujourd’hui, quel    serait-il ?

Un : décider ; deux : être déterminé et trois : être déterminé tout le temps !

Ne pas se laisser embrouiller par les vents contraires et se rappeler que la médiocrité adore toujours la compagnie.

Suivez-vous l’actualité en Guadeloupe, île dont vous êtes originaire ?

Un peu …

En ce moment elle est centrée sur les problèmes de violence que connaît l’île ; en avez-vous connaissance et quel regard portez-vous sur cela ?

Bien sûr et j’en suis très attristée. J’en ai parlé avec la présidente du Conseil régional, Josette Borel Lincertin. Elle aussi en est très attristée, très peinée. Peinée de voir qu’il  y a de plus en plus de trafics de drogue, peinée de voir qu’il  y a de plus en plus de délinquance, de voir que beaucoup de valeurs s’en vont. Peinée de voir que la Guadeloupe d’aujourd’hui ne ressemble pas forcément à celle d’hier. Mais, je reste très optimiste parce que je connais le peuple guadeloupéen. Je sais que les Guadeloupéens sont déterminés. Je sais que les Guadeloupéens savent travailler, ont de l’énergie, de la fierté, de la dignité. Je sais que j’ai appris à travailler en Guadeloupe et pas ailleurs. J’y ai appris à travailler et à travailler dur. Je sais que l’on peut avoir de l’espoir pour que les choses s’arrangent. Je vois le constat mais je sais qu’il y a des solutions et que mon peuple est un peuple fort.

Y retournez-vous souvent ?

Tous les trois mois. Je n’y reste parfois que vingt-quatre heures pour faire un bisou à mes parents qui sont au Lamentin, mais j’y vais très souvent.

Vous avez créé  la fondation K d’urgences*; pourriez-vous nous en dire un mot ?

Je l’ai créée il y a trois ans et demi. Parmi nos partenaires il y a La Roche Posay, Unilever et Air France. C’est la seule fondation en France qui vient en aide aux familles monoparentales. J’ai décidé de me lancer sur ce sujet parce que j’ai vu qu’il y avait beaucoup de familles monoparentales et que personne ne s’en occupait. J’y défends les intérêts des autres et pas les miens. Je trouve que c’est plus louable et plus crédible lorsqu’on ne défend pas ses intérêts. Je n’ai pas d’enfants et mes parents sont encore mariés donc je ne suis pas en famille monoparentale. Si l’on est une femme et que l’on fait une association de femmes, c’est louable. Mais c’est encore mieux si l’on est un homme et que l’on va défendre les femmes. Vous voyez ce que je veux dire ? C’est pour cela que je me suis lancée dans ce combat. Je suis ravie parce que j’ai déjà aidé plus de quatre mille hommes et femmes depuis la création de la fondation. J’agis en leur donnant des coups de pouce de deux cent euros pour faire garder leurs enfants, en distribuant des jouets, en les emmenant au cirque… J’agite aussi les Pouvoirs publics en faisant un livre*, et en faisant un rapport au gouvernement sur les dix propositions pour faire évoluer la situation des familles monoparentales en France. J’organise aussi des speed dating, comme celui du 16 septembre 2012, entre familles monoparentales et huissiers de justice pour qu’ils puissent récupérer gratuitement les pensions alimentaires de ces familles.

Propos recueillis par Mariella Sognigbé

 

Plus d’infos : ww
w.kdurgences.org
  ou sur Twitter : @FondationCKELLY

 

pilibo mag

 

 

PHOTO CD KIMSE

 

En couverture de PILIBO mag n°51

Kimsé

« Les retrouvailles avec la scène, le public, les médias, cette bonne ambiance de tournée, de fêtes communales … Tout cela m’avait manqué ! »

       

          

Son titre a, agréablement, accompagné notre été, rencontre avec la chanteuse Kimsé.

 

PILIBO mag : Dans Un matin d’avril, vous abordez, avec tendresse, la question de la maternité ? En tant que toute jeune maman, qu’est-ce que cela a changé dans votre vie ?

Kimsé : Oulala tant de choses ! Avant j’étais une femme heureuse, aujourd’hui je suis une femme comblée de bonheur ! Mon fils m’apporte beaucoup d’amour, de joie et d’apaisement.

Je suis aussi devenue plus responsable, car j’ai conscience que je vais devoir l’accompagner tout au long de sa vie, lui faire découvrir le monde, lui transmettre des valeurs (telles que la politesse, le respect, le partage, l’honnêteté…). Je suis aussi devenue plus organisée, car prendre soin d’un enfant c’est la meilleure occupation qui existe, mais c’est du plein temps ! C’est fou, moi qui, avant, n’avais du temps pour rien, je découvre que j’ai le temps pour beaucoup de choses subitement…mais c’est que du bonheur !

Comme je le dis dans ma chanson «  on m’avait dit combien cet amour là défierait la raison et les lois… »  C’est un amour indescriptible et inconditionnel !

Dans ce n° 51, nous avons un dossier intitulé NO MAN’S LAND ; de nombreuses femmes élèvent leur(s) enfant(s) sans la présence du  père, vous êtes maman, quel est votre avis sur le sujet ? Selon vous, à notre époque, quelle place devrait occuper le père dans la vie de son  enfant ?

J’ai une double expérience à ce sujet, d’une part ma mère m’a élevée seule à partir de mes six ans, et d’autre part, j’ai la chance d’avoir un mari formidable qui est pour notre fils un super papa ! Ainsi je dirais que les femmes sont parfois malheureusement contraintes d’élever seule leurs enfants, mais à l’image de ma maman, ce sont souvent des femmes battantes, courageuses, qui assument et assurent pour deux, qui s’occupent admirablement de leurs enfants.

Ceci étant, dans le meilleur des cas, il est vrai que la présence du père est nécessaire et recommandée, il est aussi important pour l’équilibre de l’enfant. Je vois de plus en plus de pères qui promènent leur bébé en poussette ou qui leur donnent le biberon. Cela est très touchant, et surtout très responsable. Cela n’ enlève en rien à leur virilité. Assumer ses responsabilités c’est aussi cela être un homme !

Revenons à votre actualité musicale, vous êtes partie en promotion en Guadeloupe, qu’est-ce que ce séjour vous a apporté ? (musique, rencontres, environnement, bonnes adresses …)

Cela m’a fait énormément de bien ! Les retrouvailles avec la scène, le public, les médias, cette bonne ambiance de tournée, de fêtes communales … Tout cela m’avait manqué ! Le public m’a réservé un bel accueil, j’étais émue de les entendre chanter mon titre Un matin d’avril.

Les médias m’ont chaleureusement reçue, excellent souvenir avec Dee Lay superbe animatrice sur Guadeloupe 1ère, grands moments de fous rires avec Patrick Soulez  et Judith de RCI, ou encore bel interview du journaliste David Camatchy pour RCI ! Je me souviens aussi  des séances de dédicace à la boutique Gossip Curl, où encore le show au Touloulou à Marie-Galante ! Tant de bons moments et de belles rencontres !

Vous êtes auteur /compositeur, quels sont les sujets que vous aimez aborder dans vos chansons ?

J’écris beaucoup sur plusieurs sujets : l’amour, la famille, les joies, les peines, les rêves, les sentiments …mais aussi les injustices,  la solitude,  la morale, notre histoire ou l’actualité. J’ai une centaine de chansons et poèmes secrètement gardés. J’aime écrire aussi pour les autres, j’ai écrit pour Yvan Voice le titre  Jalouse   qui évoque le poison qu’est une jalousie excessive dans un couple, et aussi Fo lité  qui parle de notre jeunesse qui doit se prendre en main, lutter et travailler pour se réaliser et ne pas sombrer dans l’oisiveté ou la délinquance.  Mais bien évidemment, les thèmes qui sont plus faciles à chanter sur notre bon zouk sont ceux qui apportent du bonheur, de la gaité, de la positivité !

Quels sont vos prochains rendez-vous ?

En décembre, je retourne en Guadeloupe et Martinique pour continuer la promotion de mon single et présenter mon prochain titre. Mon deuxième album est en préparation et de belles surprises musicales vous y attendent, la sortie est prévue pour l’été 2015. Kimsé is back !

Un dernier mot ?

Je remercie PILIBO mag pour cet interview, bel bo ! A dan on dot soley !

Plus d’infos : Page FB : kimse et aussi kimse.fr

 

 

 

 

Happy Boy On Sofa Playing With Digital Tablet

PILIBO MAG N° 53 EST ACTUELLEMENT DISPONIBLE SUR TABLETTE – SMARTPHONE- ORDINATEUR ET EN VERSION NUMERIQUE

 

 

 

 

Leave a Reply